Élections URPS 2021 : suite

Syndicat Français des Spécialistes en Orthodontie

Chères Consœurs, Chers Confrères,

Vous avez reçu le 24 mars un SMS vous invitant à voter du 31 mars au 7 avril 2021 pour les élections URPS.

Nous vous avons donné le conseil d’agir selon vos convictions, mais nous vous avons indiqué notre préférence pour les listes des «CDF».

Ceci a suscité sur les réseaux sociaux une réponse hystérique de la part de quelques excités, heureusement bien minoritaires.

Notre conseil a sans doute pu susciter quelques interrogations pour certains.

Si pour les adhérents de l’autre syndicat seul le vote FSDL est concevable, il est cependant navrant que cette dernière organisation, pourtant majoritaire depuis 5 années aux URPS n’ait rien proposé de concret ni réalisé quoique ce soit, hormis de critiquer haut et fort la convention qui nous régit actuellement !

Il faut bien comprendre que cette convention, bien que non satisfaisante sur certains points pour les omnipraticiens, a laissé à l’abri notre spécialité d’ ODF d’un règlement arbitral ou nous avions tout à perdre, avec à la clé des tarifs d’autorité et des honoraires plafonnés.

Il n’en est rien car nous avons été défendus en ce sens par les «CDF» qui nous ont évité cette catastrophe.

La remise en question de la convention, voulue par la FSDL risque de nouveau de remettre en question notre liberté d’honoraires si durement acquise.

Les «CDF» l’ont bien compris, à sa tête Thierry SOULIÉ, qui s’est battu pour que l’Orthodontie reste à la NGAP, ce que nous défendons depuis toujours.

Nous n’avons rien à gagner à rentrer dans la CCAM, au contraire, et les omnipraticiens non plus car ils perdraient également un de leur rare espace de liberté.

Lorsque la FSDL, et le SODF ex ASSO affirment que les CDF ont préparé une CCAM pour l’Orthodontie, c’est un mensonge grossier dont ils sont coutumiers.

Une nomenclature CCAM pour l’ ODF a bien été proposée par la Caisse d’Assurance Maladie lors des dernières discussions conventionnelles, mais les CDF et l’ UD l’ont refusée, conscient qu’en acceptant c’était alors tout leur exercice, et donc le nôtre, qui se trouvait encadré.

Force est de constater que nous avons une des situations les plus enviables de toutes les professions médicales.

Agiter un miroir aux alouettes pour gagner de minuscules avantages tel que la cotation des OAM est une folie qui risque de nous faire perdre beaucoup, ce serait même certainement suicidaire.

Nous avons pour cela la possibilité d’actes en NPC…

Le SFSO se bat depuis 60 ans cette année, et si nos actions politiques ne sont pas souvent étalées au grand jour, et donc mal appréhendées par beaucoup d’entre nous, elles ont toutefois presque toujours payé pour le bien de la spécialité, donc le nôtre et le vôtre.

Adhérer au SFSO, et donc nous faire confiance est l’assurance de maintenir par tous les moyens notre qualité d’exercice.

Bien sûr, les obligations en matière d’exercice sont toujours plus pesantes, mais quelle profession à l’heure actuelle peut constater le contraire ?

Le SFSO vous a toujours aidé dans le quotidien, par ses conseils, ses aides juridiques, et maintenant l’accès aux travaux de la « démarche-qualité » sera mis à la disposition de tous les adhérents , dans quelques semaines, sur le nouveau site  du SFSO et par le biais du «Fil SFSO».

Que propose l’autre syndicat à part un refus de tout et des demandes corporatistes sans discernement auprès des pouvoirs publics, demandes qui risquent d’éveiller leur attention, mais pas à notre avantage…

Vous voterez donc aux URPS en votre âme et conscience, mais il était de notre devoir de vous éclairer.

Très confraternellement

Dr. Gérard MOTTO pour le Bureau du SFSO

Previous

Next

fr_FRFrench
fr_FRFrench